Archives de Catégorie: Transport

Go-ahead for electric vehicles?

The EU’s industry minister supported 2 days ago the European Commission’s strategy clean and energy-efficient vehicles, which was published last month. Obviously this only takes into account a narrow supply and technology driven view of the complex topic of mobility and transport in our society.

With the world running out of cheap oil and climate change, times would have been right to think about a fundamental change of our mobility system and put the humans at the centre of it as a first priority and second the goal to do business. Unfortunately in the rush to develop electric cars (which are needed) more crucial questions will be forgotten again hoping for a technological fix to go on with the ‘business-as-usual’, i.e. not touching on behaviours, consumption patterns and ‘development’ standards…

Publicités

Electric cars

The current Spanish Presidency of the EU (along many other countries and stakeholders) is very keen on pushing for the development of electric cars as highlighted in its Electric Vehicles Discussion Paper. Next 9 February a so-called « Informal meeting of EU competitiveness ministers » will discuss this topic and on 25-26 May a « Competitiveness Council » should adopt an EU action plan on electric vehicles.
All nice at a first glance but there are many issues ahead as already highlighted in my blog.
Obviously there’s the ‘energy question’ or more exactly the question of how the electricy is produced. The report by Greenpeace launched at this occasion explains well the challenge: electric cars are only sensible if the electricity is from renewables. Unfortunately they don’t speak about the possible ‘resource’ problem to produce the batteries, which is highlighted in the paper of the Spanish presidency: « Furthermore, the availability of raw materials needed for battery and component production also deserves attention as many of these can be found only outside Europe, sometimes in unstable political regions. It needs to be ensured that this does not lead to a substantial increase in costs ad that undue dependency in avoided. »

It’s good that this key issue is at least mentionned event though there’s no concrete proposal to face this problem…Switching our ways of getting around from the car towards the train, public transports, the bike etc…would probably be the best, most efficient and quickest way to solve the problem, at least a major part of it but, of course, all our societies are dependent on the car industry (employment, income, taxes etc) so…it’s like we need to adapte our lives to the car industry and not the car industry to the society

Electric cars in Europe – La voiture électrique dans l’UE

(english below)

L’industrie de l’électricité en Europe vient de lancer un appel pour un développement fort et concerté de toute la chaîne industrielle pour le développement de la voiture électrique. Plus d’informations sur cette initiative ici.

The European power industry wants to push the development of the electric plug-in cars. More information on this initiative here.

 

 

De la voiture électrique

Revoilà la voiture électrique…Au récent salon automobile de Francfort, la voiture électrique figurait en pole position des attractions…

A la faveur de l’actualité de plus en plus pressante sur le changement climatique, le secteur crucial du ‘transport’ a été enfin remis au centre des discussions, temporairement au moins. Après la mode de la voiture à hydrogène, voici venu à nouveau le temps de la voiture électrique qui à en entendre beaucoup serait LA solution miracle…Mais c’est plus la crise économique qui a frappé de plein fouet le secteur automobile qui est à l’origine de cette soudaine focalisation sur la voiture électrique: c’est l’argument environnemental qui est avancé mais c’est bien d’emplois et et d’économie qu’il s’agit, ce qui est tout à fait légitime dans nos socitété « auto-dépendante » ou « auto-droguée ».

Le problème de fond c’est qu’un des piliers socio-économique (le secteur automobile) de la plupart des pays développés est en train de connaître sa crise et mutation la plus significative. Nous en sommes à ce point aujourd’hui à cause de la bêtise, du « cour-termisme » et de l’aveuglement de la plupart des décideurs politique et économique en charge des questions de transports, en particulier les industriels du secteur automobile et transport routier. Cela fait environ 20 ans qu’il est clair que notre système de transport tel qu’il existe aujourd’hui, c’est-à-dire fondé sur la possession d’une voiture individuelle thermique d’un côté et le transport par camion de l’autre, est totalement insoutenable: la source de son énergie (le pétrole) est en train de se tarir et les pollutions et impacts sociaux et de santé sont énormes. Bref sauf changement radical, c’est une crise majeure qui nous attend et en premier lieu pour les personnes qui travaillent dans ces secteurs.

Malheureusement, peu ont appris des erreurs du passé: au lieu de profiter de la crise actuelle pour repenser en profondeur le transport et en particulier le besoin de transport, les solutions qui sont aujourd’hui discuté sont bien souvent des fausses solutions, très belles en façades mais pas réellement plus durables.

Au lieu de s’interroger en priorité sur le moyen technique qui va assurer nos déplacements et ceux de nos produits, il aurait fallu questionner la demande de transport dans nos sociétés, tant pour les personnes que pour les matériaux. Une vraie réflexion et stratégie sur la réduction des besoins de transport, notamment pour les marchandises, apporterait déjà une contribution significative à la résolution de nos problèmes.

Bien entendu que la question de la « voiture » reste posée mais là aussi on manque de vision, d’innovation et de réalisme: est-il soutenable de persévérer dans le développement de véhicules lourds et multiplaces alors qu’une majorité de déplacement, notamment en zone urbaine sont des déplacement individuels où des véhicules de type « smart » ou même encore plus compact sont les plus adéquats et ceci d’autant plus que dans les villes du futur la voiture traditionnelle ne pourra plus avoir sa place?

Plus loin si la « voiture électrique » est développé, rien à ce jour n’en assure sa soutenabilité: premièrement parce que si la source de l’électricité n’est pas du renouvelable cela n’a aucun sens (même le nucléaire ou des centrales au charbon avec captage et séquestration du carbone n’est pas une solution durable), deuxièmement parce que la voiture électrique nécessite une batterie dont l’impact sur la nature en terme de ressources est aujourd’hui désastreux. Un article du Wall Street Journal sur le « peak lithium » donne à réfléchir sur la durabilité d’une voiture électrique avec batterie au lithium alors que le lithium est une matière très rare…Du coup il faut chercher d’autre solutions qui seront peut-être trouvés mais quand ? Et là aussi seront-elles vraiment soutenables quand on aura analysé les tenants et aboutissants?

En somme il serait grand temps d’entamer une réflexion globale et intégrée, transversale sur les transports et surtout d’accélérer la mise en oeuvre des solutions connues pour être durables: piétonnier, vélo et transports en communs dans les villes et zones urbaines, covoiturage, trains en milieu rural…

Cela réduirait aussi les pressions financières sur nos systèmes sociaux car les modes de transport durables ont d’importants co-bénéfices, en particulier en matière de santé (marcher et faire du vélo vous maintient en meilleur santé) ou d’accidents (moins de circulations automobiles égale moins d’accidents, de blessés et de morts et moins de coûts d’assurances etc…)

Le grand défi c’est de proposer une nouvelle voie à tous les perdants (partie du secteur automobile, transporteurs routiers…) de cette révolution nécessaire.